Un court aperçu de l’historique du château


Au plus tard depuis le milieu du 14e siècle, l’existence d’un domaine seigneurial sur cette colline nommée aujourd’hui Arenenberg entre Ermatingen/Mannenbach et Salenstein, est prouvée. Arenenberg était une „propriété de Constance“, c’est-à-dire en possession de différentes familles patriciennes de Constance qui s’étaient installées en Thurgovie. En 1817, Jean-Baptiste de Streng vendait le domaine familial à la reine Hortense, installée en ce temps à Constance.
Entre 1817 et 1820, Hortense faisait transformer le château de style gothique flamboyant dans le style Empire par l’architecte Jean-Baptiste Wehrle, et l’aménageait ainsi d’après l’idéal français. Elle en arrangeait l’intérieur avec des papiers peints, des meubles, des sculptures et des tableaux en souvenir de Napoléon Ier.
Après le décès d’Hortense en 1837, son fils Louis Napoléon vendit le château en 1843.
Mais en 1855, il rachetait le domaine alors qu’il était Empereur des Français, Napoléon III.

En 1906, l’impératrice Eugénie démontrait sa gratitutde et donnait le domaine au canton de Thurgovie. Celui-ci exploite depuis lors le musée Napoléon et le BBZ, le centre de formation et de conseil dans le domaine.

Le musée Napoléon, fondé en 1906, est le seul musée consacré à l’histoire napoléonienne dans les pays de langue allemande. Comme autrefois, c’est une maison ouverte et accueillante dans laquelle le visiteur se sent comme un invité de la reine Hortense.

Portrait du musée Napoléon Thurgovie (en allemand)