Visite virtuelle du musée

Rez-de-chaussée

À l'entrée, une statue de l'empereur Napoléon Ier accueille le visiteur.

Vestibule
Autrefois, le visiteur pénétrait dans les salles de représentation de la maison principale par une avant-tente rayée bleu et blanc. C’est pour cette raison que l’on trouve cette décoration également à l’intérieur. De suite, l’élégant escalier à vis saute aux yeux.


 

 

 

Jardin d’hiver ou salon de thé
Cette pièce fut d’abord conçue comme une salle péristyle qui servait auparavant de petite serre. Plus tard, la reine Hortense la fit transformer en jardin d’hiver. Autrefois comme de nos jours, les visiteurs se rassemblent ici et commencent leur visite dans les salons somptueux.


Salon de la reine Hortense
Ce salon rappelle la salle de conseil de Napoléon Ier au château de Malmaison, le domaine de l’impératrice Joséphine, mère de la reine Hortense. Comme autrefois, les albums de dessins invitent à s’y attarder. Quelques-uns des tableaux les plus importants se trouvent ici, comme p.e. les portraits de la reine Hortense et de son fils Louis Napoléon, ainsi que le général Bonaparte au pont d’Arcole.

Le salon du lac au rez-de-chaussée
En 1874, l’impératrice Eugénie fit ajouter cette fenêtre en saillie imposante pour clore la pièce où l’on représentait des petites pièces de théâtre. Ainsi, la vue s’ouvrait sur la magnifique baie méditerranéenne du lac Inférieur.

La bibliothèque
Ici, c’est la grande bibliothèque en acajou avec ses quelque 200 livres précieux provenant des collections impériales.

La salle à manger
Depuis 1835, on n’a rien changé à cette pièce, ni les gravures accrochées aux murs, ni à la table mise avec ses porcelaines choisies et ses verres en cristal précieux. La grande horloge a été construite selon les plans de la reine Hortense.

 

Le système de sonnerie
Une installation souvent admirée est le transmetteur d’ordre historique qui relie tous les étages.

1er étage

La chambre à coucher de la reine Hortense
Des tapisseries damassées sur les murs, au-dessus le plafond d’une tente, joint à une alcôve bleu clair. Des éléments rococo et des meubles de pur style Empire. L’éclectisme dans sa plus belle expression.


Le boudoir
Cette chambre servait de petite galerie. Les tableaux montrent des personnalités célèbres ainsi que des évènements mémorables autour de la vie à Arenenberg.

Le cabinet de travail de la Reine
Les deux armoires de style Empire produites par Weissweiler sont magnifiques, ainsi que les différents portraits de l’entourage de la famille. La couleur du papier peint d'origine a été restaurée récemment.

Le cabinet de travail du Prince impérial
On n’est pas sûr que le Prince « Loulou », le fils de l’impératrice Eugénie et de Napoléon III avait vraiment son cabinet d’études dans cette pièce. Des souvenirs de la relation du père et de l’enfant couvrent les murs et le plan de travail sur le bureau.

Le salon de l’impératrice Eugénie
Ici, le Second Empire se montre dans toute sa splendeur !
Sur les murs est et ouest se trouvent les portraits impressionnants de Napoléon et de son épouse. Sur la droite, Napoléon Ier en costume du sacre et en face de lui, le Prince impérial. Napoléon IV.



Le salon du lac au 1er étage

Parmi les tableaux de grande valeur dans les collections d’Arenenberg se trouvent ceux de « style troubadour » provenant de celles amassées par l’impératrice Joséphine à Malmaison.

La chambre à coucher de l’Empereur
Napoléon III rachetait le château d’Arenenberg en 1855 et se réservait cette chambre.

La chambre à coucher de l’Impératrice
Lors de son emménagement en 1817, la reine Hortense avait ses appartements dans cette partie du 1er étage. Puis ils ont été repris par l'impératrice Eugénie. Du vivant de son fils, elle venait souvent avec lui à Arenenberg et utilisait cette pièce. Les tableaux rappellent la famille impériale et glorifient le Second Empire.

Les toilettes
Au plus tard à partir de 1820, la maison disposait d’installations sanitaires très modernes pour l’époque.


2e étage

Les appartements de Valérie Masuyer
À cet étage habitaient les dames de compagnie de la reine Hortense.

La chambre verte
Ici aussi une très grande chambre, mais le nom de l'occupante - seules des femmes vivaient dans le château du temps de la reine Hortense - n'est malheureusement pas connu.

3e étage

Les chambres à coucher des bonnes Sophie et Odette
À cet étage vivaient les bonnes de langue française. Peut-être s'appelaient-elles aussi Sophie et Odette ...