f_L_aile_princière.gif

L’aile princière de la dépendance en travaux

Des inventaires de la fin du 19e siècle indiquaient la présence d’une salle de bains à cet endroit. L’ameublement y était indiqué. Mais nous n’aurions jamais cru que tant de traces étaient conservées dans le sol. Seuls les murs restent un mystère car à cause du carrelage apposé plus tard, il ne reste plus rien. C’est pourquoi la peinture a été maintenue dans un vert neutre, couleur qui malgré tout a pu être prouvée.

Le bassin a 3m de long, 1,3m de large et 1,2m de profondeur, avec un escalier pour l’accès. Il est construit avec des plaques en grès et recouvert de carreaux de terre cuite et émaillés en blanc. Le carreau en face de l’escalier avec un aigle en relief et doré est remarquable. Les robinets ont été retirés – peut-être parce qu’ils étaient
dorés -?; il ne reste plus que les tuyaux pour l’eau froide en-dessous de l’aigle et pour l’eau chaude sur le côté. L’eau froide provient d’un tuyau à eau sous pression sortie d’un puits situé au-dessus du château. L’eau chaude vient de la cuisine juste derrière le mur où un grand four la maintenait à la température voulue.